Itinéraire d'un rugbyman Français

Boris Bouhraoua 30 ans formé à Bonneval dans la région centre, passé par le pôle espoir d’Ussel, le centre de formation du CA Brive Corrèze puis par les clubs d’Agen, Bordeaux, Limoges et Bobigny est le premier stagiaire Overseas Connect
Il évolue aujourd’hui au sein club des Old Boys Marists à Napier dans la province d’Hawkes Bay.

Il nous raconte…

Quand et pourquoi as tu pris la décision de partir en NZ ?
J'ai toujours rêver de jouer au rugby dans ce pays. La passion m'a amené en Nouvelle Zélande.

Ça faisait plus de dix ans que j'étais pro en France et j'avais envie d'un nouveau challenge. Mon ami Régis Lespinas était parti jouer une saison là bas. Un jour je l’appelle pour prendre des nouvelles et l'encourager dans sa démarche et au fil de la discussion je lui dis que j'aurais rêvé de faire ce qu'il fait.

Il m’a dit "je rentre en décembre, je t appelle, je vais t'aider".

Il m'a donc présenté le projet et sa structure Overseas Connect qu'il a monté avec KJ Dooney. 4 mois après je partais ...

aq_block_7
aq_block_9
Comment as tu atterris à Napier et plus précisément dans ton club des Napier Old Boys Marists ?

KJ Dooney d'Overseas Connect est le directeur du rugby du club des Napier Old Boys Marist. Régis ayant joué pour ce club m'a mis en contact avec lui. Par mail, tous les 3 nous avons monté le voyage.

Sur place KJ s'est chargé de me trouver un hébergement, un travail, des facilités pour trouver une voiture et il m’a présenté au sein du club et de l'équipe. Régis lui s'est occupé de la partie administrative à effectuer en France à savoir la recherche du billet, la demande de visa...etc..

Tout le travail d'Overseas m'a permis d’arriver sur place dans les meilleures conditions.

Tout était plus simple et plus rapide.

D'ailleurs pour les premières semaines d'acclimatation Kj m'a accueilli chez lui. Je restais tous les jours avec lui. Il a été très présent et très précieux pour m'intégrer. Je le remercie encore ainsi que la société Overseas Connect pour son aide.

Comment es-tu perçu par tes coéquipiers ?
Je suis perçu comme le "frenchie" !

Ils font toujours en sorte que tout aille bien pour moi. Ils s'intéressent beaucoup à notre culture on échange beaucoup. Après Je me fais un peu chambrer sur mon anglais mais je progresse...

Ils adorent les français car ils pensent qu'on est les seuls à leur poser des problèmes lors des matchs All Black-France en coupe du monde.

Mais je peux vous dire qu'ils savent bien aussi qu'ils nous ont battu lors de la dernière finale.

On se chambre beaucoup c'est vraiment bonne ambiance dans l'équipe et dans le club.

Peux-tu nous décrire ce qui pour toi est la plus grande différence entre notre rugby Français et le rugby en Nouvelle Zélande ?

Le rugby en NZ est vraiment très complet et tout va plus vite. Chaque joueur est très bon techniquement ce qui fait que le jeu ne perd pas de vitesse.

Le plus gros changement pour moi est sur l'état d'esprit. 
En Nouvelle Zélande, ils veulent gagner mais en marquant plus d'essai que l'adversaire.
En France parfois on joue pour ne pas perdre ou avec le frein.

Ici ça joue de partout et surtout en fonction de ce que propose la défense, il n’y a pas de zones de terrain. Le but est de porter le ballon le plus possible, faire des temps de jeu avec beaucoup de vitesse pour marquer des essais. Après en effet la conquête est un peu moins importante que chez nous, il y a peut-être moins de combat dans ce domaine, mais on retrouve toute l’intensité quand le ballon est en mouvement.

Il vaut mieux être prêt…

aq_block_16
Background Image

Quel est le rapport des Néo z au rugby ?
Ici le rugby est roi.

Il faut vraiment le voir pour comprendre réellement la passion qu'ils ont pour ce jeu.
Chaque personne, qu’elle soit « pratiquante » ou pas, a son idée sur le jeu et un attachement indéfinissable pour les All Blacks.

Je m'en suis rendu compte quand les All Blacks sont venus jouer à Napier en septembre dernier contre l’Argentine pour le compte du rugby championship.

La ville s'est transformée pendant une semaine,
ça bougeait de partout et tout le monde voulait les voir.
C'était incroyable.

Tout le monde parle de rugby. Il n'y a pas de coupure, la saison de rugby à 15, ensuite les tournois de rugby à toucher et la saison de rugby à 7. Sans parler des matchs télévisés, le rugby du monde entier est diffusé ici ...

C'est une religion, un art de vivre.

aq_block_23
Comment te sens tu dans la vie néo z ? Tu travailles ?

J'ai voulu rester sur Napier pour m'imprégner au maximum de leur culture, de partager, de rencontrer des gens et  de rester au contact de mon club. Bien sur je fais quelques escapades pour visiter mais rester dans la même ville fait que je me sens vraiment intégré. En dehors du rugby j'ai quelques copains, on se voit pour des repas, des soirées...

Dans la vie de tous les jours je travaille dans un café ou je suis serveur. Je rencontre du monde et progresse dans la langue notamment.

On parle souvent de la culture maorie, peux-tu nous décrire comment tu y es confronté ?

C'est le peuple historique de ce pays. Il y a beaucoup de maoris dans mon club. Ce sont d'excellents joueurs de rugby. Ils sont fait pour ce sport. Ils l'ont en eux.

Ils sont surtout très très chaleureux et accueillant. Au départ un peu froids et timides, ils deviennent ouverts et généreux lorsque qu'on a la chance de partager le terrain avec eux, les rapports changent et ça devient vraiment amical. Vraiment j'aime être à leur contact.

aq_block_27



" Je vis une expérience
hors du commun,
je la souhaite à tout le monde. "

Y-a-t-il des choses qui t’ont marquées plus que d’autres durant ces quelques mois que tu as passés là-bas ?

Ce qui me marque le plus même encore maintenant c'est l'hospitalité et la simplicité des gens ici. Que ce soit dans le club ou dans la rue il y a beaucoup d'entraide, de soutien entre les gens. Il y a aussi beaucoup d'échange et de partage entre les différentes générations. La vie est plus relax ici, chacun va de l'avant en pensant au positif.

Ce qui me marque évidemment aussi c'est cette passion pour le rugby et le sport en général. Tout le monde fait du sport ici c'est incroyable.

Enfin, ce que je trouve très sympa également c'est vraiment qu'ici le rugby est fait pour s'amuser et partager. On joue et ensuite on reste ensemble pour la soirée. Ça déconne et ça échange beaucoup. D'ailleurs à ce propos les joueurs ont pour habitude d'organiser quelques soirées spéciales, les "court sessions". On reste ensemble pendant 4,5 heures dans la même pièce, tous ensemble. C'est très vivant et joyeux.

Je laisse le soin au plus curieux de venir voir ce qu'il s'y passe réellement...

Tu comptes revenir en France ???

Oui je compte rentrer car mes parents, mes frères, ma famille et mes amis me manquent. Mais pour le moment je compte bien en profiter un maximum. Continuer de partager, d'apprendre sur la vie et le rugby.

Je suis chanceux d'être ici, j'en suis convaincu. Je vis une expérience hors du commun, je la souhaite à tout le monde.

Tous les passionnés de rugby n'hésitez pas, foncez. La Nouvelle Zélande est un pays vraiment accueillant et le rugby est encore très sain et simple ici. Je sais déjà qu'en rentrant en France, la nouvelle Zélande me manquera et que je reviendrai voir mes amis ici.. Je serai marqué à jamais par ce voyage ....

 

A découvrir aussi dans la presse :
Boris Bouhraoua au pays des Blacks dans Le Parisien
Boris Bouhraoua, le premier international algérien à jouer en Nouvelle-Zélande sur le site www.lerugbynistere.fr
Boris Bouhraoua sur Wikipédia
Le reportage sur le Rugby à 7 avec la participation de Boris Bouhraoua

aq_block_33